Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog d'Azi-lis
  • Le blog d'Azi-lis
  • : Envie de partager mes émotions de lectures et de cinéma dans la blogosphère...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

 

  http://www.livraddict.com/covers/62/62683/couv56986076.jpg

Recherche

J'ai participé à...

 

Read a thon 2010 : 1129 p. lues en 24 h

Read a thon octobre 2010 : 1837 p. lues en 24h

Read a thon avril 2011 : 2460 p. lues en 24h

 

 

http://img.over-blog.com/300x77/2/36/79/18/Livres-Lus/Logos-Editeurs/livraddict_logo_middle.png

 

http://uppix.net/f/0/2/e7f5ef0f8e0f1b9acada323af35e7.jpg

 

 

 

 

 


 


 


12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 09:15

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS-fI4Ol5DFBSx5eqIdPNIf0c78tWu-DwHv6GOaQe-53fZC8Vt1CmD6Sw9zTitre : Les Trois Lumières

Auteur : Claire Keegan

100  p.


Sabine Wespieser éds., 2011 (Littérature étrangère)

 


Résumé :

Dans la chaleur de l’été, un père conduit sa fille dans une ferme du Wexford, au fond de l’Irlande rurale. Bien qu’elle ait pour tout bagage les vêtements qu’elle porte, son séjour chez les Kinsella, des amis de ses parents, semble devoir durer. Sa mère est à nouveau enceinte, et il s’agit de la soulager jusqu’à l’arrivée du nouvel enfant.
Au fil des jours, puis des mois, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier, où la végétation est étonnamment luxuriante, les bêtes grasses et les sources jaillissantes. Livrée à elle-même au milieu d’adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui pourtant l’entourent de leur bienveillance. Pour elle qui n’a connu que l’indifférence de ses parents dans une fratrie nombreuse, la vie prend une nouvelle dimension. Elle apprend à jouir du temps et de l’espace, et s’épanouit dans l’affection de cette nouvelle famille qui semble ne pas avoir de secrets. Certains détails malgré tout l’intriguent : les habits dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle, l’attitude de Mrs Kinsella lors de leurs rares sorties à la ville voisine…


Mon avis :


Dans ce roman, c’est une petite fille quoi nous raconte son histoire. Rejetée par sa famille le temps d’un été, elle se retrouve chez des étrangers. Elle a un peu peur mais l’homme et la femme sont vraiment très affectueux avec elle, la traite comme leur fille. Elle va apprendre ce qu’est l’amour familial, une vie de famille agréable. Bien sûr il y a des choses étranges qui se passent : pourquoi lui fait-on porté des vêtements trop grands ? quel est ce mystère qui plane entre les deux époux ?


C’est un court roman très agréable à lire, léger, doux. On se laisse porter par la tendresse qui se dégage des mots, de l’histoire.


La fin est très touchante, ouverte elle nous laisse imaginer plusieurs futurs possibles pour la jeune fille.

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 09:16

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/5/9/4/9782070131495.jpgTitre : Du domaine des Murmures

Auteur : Carole Martinez

201 p.

Gallimard, 2011 (Blanche)

 

Résumé :

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe.

Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et son souffle parcourra le monde jusqu'en Terre sainte.


Mon avis : :


J’attendais depuis longtemps un nouveau roman de Carole Martinez tellement j’avais été sous le charme du Cœur cousu. J’avais une petite appréhension comme à chaque fois que je lis un autre roman d’un auteur que j’ai beaucoup aimé. Et bien je n’ai pas du tout été déçue ! Bien au contraire ! C’est un coup de cœur !!


Carole Martinez nous plonge en plein Moyen âge, au cœur des Croisades. Esclarmonde préfère se faire emmurer vivante plutôt que de se marier avec l’homme choisi par son père. Elle décide de consacrer sa vie et son âme à Dieu. Mais tout ne va pas se passer come elle le désire… L’auteure trace un portrait psychologique de ces femmes prêtes à tout pour se consacrer à leur piété.


Ce roman historique pas comme les autres est empreint du style poétique et raffiné propre à Carole Martinez. On sent le travail de recherche effectué (temps au niveau historique que du langage) pour encrer son histoire dans son époque. Ce qui nous permet de vraiment nous transporter dans la vie d’Esclarmonde.


Un livre magnifique à savourer au plus tôt !

coeur

Repost 0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 20:31

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv22246502.jpgTitre : Une pièce montée

Auteur : Blandine Le Callet

252 p.

Librairie générale française, 2010 (Le Livre de poche, 30774)

 

Résumé :

La pièce montée arrive, sur un plateau immense porté par deux serveurs. Vincent voit osciller au rythme de leur marche cette tour de Babel en choux à la crème, surmontée du traditionnel couple de mariés. Il se dit: C'est moi, ce petit bonhomme, tout en haut. C'est moi. Il se demande qui a pu inventer un gâteau aussi ridicule. Cette pyramide grotesque ponctuée de petits grains de sucre argentés, de feuilles de pain azyme vert pistache et de roses en pâte d'amandes, cette monstruosité pâtissière sur son socle de nougatine. Et ce couple de mariés perché au sommet, qu'est-ce qu'il symbolise, au juste ?


Mon avis :

Une lecture que j’avais envie de faire depuis la sortie du roman et je suis très loin d’être déçue !


Ce roman raconte des fragments de 9 personnages qui assistent à un mariage. Chacun va nous raconter son histoire de son point de vue, une partie de sa vie jusqu’à ce mariage. Il y a Pauline, la fillette qui veut être parfaite et qui va tendre la main à celle qui en a besoin ; Bertrand, le prêtre complètement dépassé ; Madeleine, la grand-mère qui cache un très lourd secret ; Hélène, la mère déçue par sa vie ; Marie, la sœur de la mariée que tout le monde veut caser parce que ce n’est pas normal à son âge de ne pas l’être mais qui grâce à ce mariage va se dévoiler ; Jean-Philippe, qui se souvient du pourquoi du comment de la rencontre avec sa femme; Vincent, le marié plus qu’angoissé ;Damien, le pro de l’emballage de femmes moches ou vieilles belles aux mariages ; Bérengère, LA mariée.


Un roman drôle, sarcastique, qui lève le voile sur les rancœurs qui peuvent exister dans une famille, frais, très original ! J’ai dévoré la plume de Blandine Le Callet et il me tarde de lire autre chose de cette auteure !

Repost 0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 08:00

http://4.bp.blogspot.com/-yge6yZRNmAs/TiA7XMOlIgI/AAAAAAAAAFc/z3lndDt2g5c/s400/book_cover_le_dernier_jardin%252C_tome_1___ephemere_110417_250_400.jpgTitre : Ephémère

Tome 1 : Le Dernier Jardin

Titre original : Wither

Auteure : Lauren De Stefano

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Tristan Lathière

345 p.

Castelmore, 2011 (Epreuves non corrigées)

 

Resume :

Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ?
Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L'humanité a cru voir son avenir assuré...jusqu'au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l'espèce.
Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l'amour sincère de son mari et la confiance qui s'instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n'a qu'une idée en tête : s'enfuir de cet endroit.

 

 

Mon avis :

Tout d’abord je tiens à remercier chaleureusement l’équipe de http://img.over-blog.com/300x77/2/36/79/18/Livres-Lus/Logos-Editeurs/livraddict_logo_middle.png et des éditions http://vampires-sorcieres.fr/images/upload/news/zoom/logo_castelmore.jpgpour m’avoir permis de découvrir ce roman avant sa sortie officielle le 19 août 2011.


Ce roman fait partie de la vague dystopie qui « frappe » la littérature jeunesse et Young Adult en actuellement.

 La dystopie qu’est-ce ? Selon Wikipédia, il s’agit « d’un récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur et contre l'avènement de laquelle l'auteur entend mettre en garde le lecteur. La dystopie s'oppose à l'utopie : au lieu de présenter un monde parfait, la dystopie propose un des pires qui soit. »


Ce premier volet d’Ephémère part du principe que les médecins ont réussi à guérir maladies et cancers en trafiquant les gènes. Effectivement, plus personne n’est malade mais la contrepartie est que les enfants nés de cette nouvelle génération d’humains-non-malades meurt jeune : les filles à 20 ans et les garçons à 25 ans.  Du coup, pour arriver à maintenir une population, les femmes ou plutôt filles sont enlevées et mariées de force. De plus, le mariage polygame est désormais légal.

 

C’est ce qui va arriver à notre héroïne Rhine, 16 ans. Alors qu’elle vit tant bien que mal avec son frère jumeau Rowan, elle est enlevée, transportée à des kilomètres de chez elle, exposée, choisie, mariée. Tout cela en l’espace d’une poignée de jours. Elle devient alors l’une des nouvelles épouses de Linden. Rhine se retrouve alors dans ce qui pourrait être le paradis si elle n’avait pas été enlevée : on la chouchoute, la maquille, la nourrit, elle dort dans des draps en satin, a une garde robe sur mesure dans des tissus rares, le manoir où elle est enfermée est à la pointe de la high tech… Mais voilà, elle n’est pas là de son plein gré. Et elle va faire tout ce qui est en son pouvoir pour fuir et retrouver son frère.


Ce roman est très riche en émotions ! Rires, larmes, deuil, naissance, amour, amitié, rage, haine, … Le lecteur se retrouve plongé dans l’histoire de Rhine au même rythme qu’elle puisque le récit est raconté à la première personne du singulier. On a quand même un petit décalage avec elle puisqu’elle connaît le monde dans lequel elle vit alors que nous on le découvre à peine. Mais on s’y adapte très vite. On s’attache à elle, retenue, captive, qui a envie de fuir. Je me suis vraiment mise à la place du personnage par moment : qu’est-ce que je ferais dans sa situation ?


Et Rhine n’est pas la seule épouse forcée.

Il y aussi Cecily (14 ans à peine) et Jenna. Cecily est une petite fille fragile mais elle sort d’un orphelinat donc elle vit un peu la situation comme un rêve. Elle fait tout pour avoir les faveurs de Linden leur mari. Elle est vive, curieuse, a envie de bien.

Jenna, quant à elle, est la plus « vieille » : elle a 18 ans. Dans 2 ans, le virus gagnera contre sa vie. Elle est en proie à une haine sans nom envers Linden et son père Vaughn (responsable de la mort de ses sœurs).

Linden, le mari, est quant à lui quelqu’un de fragile, d’innocent, de manipulable… On se rend vite compte que beaucoup de choses le dépassent. Parfois, au cours de ma lecture, je m’attachais à lui, avait pitié de lui, et à d’autres moments, j’avais envie de le secouer et de lui dire d’ouvrir les yeux !


Le style de l’auteure est vraiment très agréable à lire. J’ai eu du mal à le quitter pour dormir ! Dès que je pouvais lire une ligne, je me jetais dessus !^^ On a envie de savoir, d’en savoir plus, d’aider Rhine ! Lauren DeStefano a su créer un univers à part, effrayant, révoltant, avec des règles oppressantes (surtout pour le statut des femmes).  Et maintenant j’ai envie de savoir ce qui va arriver dans le second volet qui  promet de nouveaux rebondissements et peut-être plus d’actions (parution  en anglais en février  2012)… L’attente sera longue ! Sniff !


Bon je m’arrête là ! J’ai peur d’en dévoiler trop tant je suis enthousiasmée et sous le charme de cette histoire ! Vous l’aurez sans doute compris c’est un COUP DE CŒUR !!!!!


Je vous conseille vivement de courir chez votre libraire préféré pour sa sortie le 19 AOUT 2011 !

coeur

 

Harmony l'a beaucoup aimé aussi! C'est par ici!

Et l'avis de Bubble est !

Repost 0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 09:28

http://www.decitre.fr/gi/29/9782253112129FS.gif

Titre : La Souris bleue

Titre original : Cases stories

Auteure : Kate Atkinson 

Trad. de l’anglais par Isabelle Caron


413 p.

Librairie générale française, 2006 (Le Livre de poche, n°30565)


Résumé :

Un détective privé enquête à Cambridge sur des affaires criminelles qui n'ont jamais été éclaircies.
Il doit remonter à des événements du passé, souvent très lointains, pour suivre les traces de la mystérieuse " Souris Bleue ". Les intrigues sont situées dans des milieux sociaux très divers, allant de la classe ouvrière à la gentry. Les drames les plus poignants alternent avec les épisodes désopilants. On retrouve le regard caustique de Kate Atkinson sur notre monde moderne, la télévision et la " néfaste food ", entre autres.
Anticipations et retours en arrière tiennent le lecteur en haleine. Les maux de notre société, l'amour parental avec ses excès et ses carences sont dépeints avec une étonnante âpreté de ton.


Mon avis :

Ce roman est mon premier de cette auteure. Et j’ai bien apprécié la plume de l’auteure.


Dans ce roman, nous n’avons pas une mais plusieurs histoires à divers époques différentes (1970, 1994, 1979, 2004). A travers différents faits divers (disparition d’un enfant, meurtre, fusillade), Kate Atkinson dresse le portrait d’une société, dans différentes classes sociales. Chaque chapitre correspond à une histoire différente avec des personnages différents. Cela m’a un peu dérouté au début. Je ne voyais aucun lien possible entre eux, je me demandais où ça allait me mener puisque le résumé me présenter ce roman comme un policier ! Et puis tout se met petit à petit en place avec l’entrée en scène de Jackson, l’ancien flic reconverti en détective privé. Chaque personnage des histoires du passé viennent le trouver pour qu’il enquête sur ce qui leur est arrivé… Et les personnages vont se croiser tout au long du récit.


Pour ce qui est du style, la plume de l’auteure est très agréable : cela se lit tout seul, ça glisse, les tableaux des personnages est très réaliste (ce qui est apparemment la patte de cette auteure).


Il existe dans ce roman une véritable galerie de personnage : Amélia, Sophia, Julia, Olivia, Jackson, Michelle, Théo… Ils ont tous en commun un difficile passé, qui a du mal à les laisser aller de l’avant !


En conclusion, un premier test avec cette auteure mais un test réussi qui je pense sera suivi d’une prochaine lecture !

 

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge  Un livre, des mots de Calypso qui avait pour but de chroniquer ce jour un livre contenant le mot BLEU dans le titre !


Le prochain mot est SOLEIL est le billet sera pour le 1er septembre.


http://img.over-blog.com/340x262/2/51/80/60/Dossier-2/Un-mot-des-titres.jpg

Repost 0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 09:00

http://www.decitre.fr/gi/09/9782742757909FS.gif

Titre : Le Poids des secrets

Tome 1 : Tsubaki

Auteur : Aki Shimazaki


114 p.

Actes Sud, Leméac, 2005 (Babel, 712)


Résumé :

Avant de mourir, Yukiko, une vieille femme japonaise, écrit une lettre à sa fille Namiko pour lui expliquer son silence obstiné pendant une dizaine d'années à propos de la bombe atomique tombée jadis sur Nagasaki. Namiko apprendra que ce n'est pas la bombe qui a tué son grand-père mais sa propre mère.


Mon avis :

L’année dernière ce roman a fait le tour de la blogosphère et c’était un coup de cœur pour nombres d’entre vous ! Du coup, il avait rejoint ma wish list ! Mais impossible de le trouver en librairie (en fait « les » puisqu’il s’agit d’une pentalogie) mais grâce à Harmony j’ai enfin pu le lire ! Et je la remercie vivement ! Merci ma choupinette !!


Ce court roman est tout simplement une petite pépite ! Malgré un nombre de pages minuscules, il se passe beaucoup de choses et il est surtout très riche en émotions ! Moi il m’a littéralement bouleversé ! L’écriture est légère, tout en retenue, poétique. Mais ça n’empêche pas de soulever une histoire dure : la mort, la seconde guerre mondiale, les bombes atomiques… Ce ne sont pas des sujets anodins.


Cette période de l’histoire m’intéresse beaucoup et je pense que c’est le premier roman que je lis qui aborde le point de vue japonais. Mais ce drame historique n’est qu’un prétexte pour aborder un autre sujet : les secrets de famille, qui ronge souvent la vie familiale.


(en plus, depuis ma lecture, je fais ma savante en parlant de tsubaki !! camélia en français !!)


C’est une lecture qui ne peut laisser indifférent…


Je vous la conseille et j’espère pouvoir trouver la suite  un jour !

 

Repost 0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 06:54

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/9/9/7/9782847200799.jpgTitre : Le Mec de la tombe dà côté

Auteure : Katarina Mazetti

 

traduit du suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus

 

253 p.

Gaïa, 2006.

 

Résumé :

Placez côte à côte sur un banc, dans un cimetière, un vieux garçon séduisant et une jeune veuve terne. Elle est bibliothécaire et ne pense que culture, il est agriculteur et n’imagine pas qu'on puisse lire « de son plein gré ». Avec ces ingrédients, Katarina Mazetti a conquis les lecteurs suédois qui se sont arraché "Le Mec de la tombe d’à côté". Il est vrai qu’un coup de foudre parmi les tombes, à l’heure où l’horloge biologique de Madame sonne l’alarme, ne manque pas de ressorts comiques. Mais ce roman d’un amour hors norme fait aussi la démonstration qu'on ne s’affranchit pas sans douleurs de sa classe sociale : lorsqu’il s’agit de choisir entre opéra et traite des vaches, la passion est requise. Et c’est un minimum.

 

Mon avis:

 

LISEZ-LE!! si ce n'est pas encore fait!^^


Pour ma part, ça fait très longtemps que je voulais le lire mais un petit quelque chose me freinait... C'est toujours comme ça quand j'entends beaucoup parler d'un roman en bien (pareil pour un film) j'ai peur d'en attendre trop et d'être déçue!


Et là ça n'a pas du tout était le cas! Et c'est même un coup de coeur!


Déjà j'aime beaucoup les éditions Gaïa et leurs romans sur papier rose (enfin maintenant ils sont de retour au papier blanc).


Quant à l'histoire, j'ai trouvé le concept de départ très original : une histoire d'amour commençant dans un cimetière, entre 2 personnes que tout oppose (OK ça c'est souvent!^^).

Ce que j'ai apprécié dans le style de l'auteure c'est la façon dont on passe d'un personnage à l'autre à chaque chapitre! Elle arrive à employer un ton différent pour "s'adapter" à l'identité du personnage qu'elle fait parler... En effet, elle, Désirée, est bibliothécaire et lui, Benny, est agriculteur... Ils n'évoluent pas dans la même sphère sociale... mais ça ne les empêche pas de se séduire l'un l'autre! Chaque chapitre montre le point de vue d'un des personnages à tour de rôle. Ainsi on se rend compte que la façon d'interpréter nos faits et gestes n'est pas si simple que ça!

Leur histoire sera à l'épreuve de moment de tendresses, de complicité, mais aussi de disputes et de pleurs...


Un roman bourré d'amour, d'humour, aux personnages attachants... N'hésitez pas! ^^

 

coeur

Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 07:28

http://www.decitre.fr/gi/50/9782859206550FS.gifTitre : Choses qu’on dit la nuit entre deux villes

Auteur : Francis Dannemark

100 p.

Le Castor Astral, 2006.

 

Résumé :

Entre deux villes, entre deux vies, Wolf et Lena se rencontrent à l'occasion d'un mariage dont ils vont être les témoins.
Voilà de quoi faire une ou plusieurs histoires d'amour, au gré d'une conversation au bord de la mer, en hiver, quand tout le monde est ailleurs. Il n'est pas interdit d'être heureux en attendant le bonheur: c'est ce que nous suggère avec élégance ce récit tendre et émouvant.

 


Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier chaleureusement l’auteur qui m’a permis de lire ce livre ! En effet, il y a quelques temps, sur ce même blog, je chroniquais le dernier roman de Francis Dannemark Du train où vont les choses à la fin d’un long hiver, roman que j’ai beaucoup apprécié par sa poésie, sa culture, sa finesse…  L’auteur a lu ma chronique et laissé un commentaire. Il m’a conseillé de lire ce titre si, que je n’ai pas réussi à trouver chez moi ! Du coup, il me l’a très gentiment envoyé avec une jolie dédicace ! Encore mille mercis si vous passez encore par ici !

 

Qu’ai-je donc pensé de ce nouveau roman ? Alors déjà il a été écrit en 1991, soit il y a vingt ans. Il a obtenu le prix franco-belge des Lycéens et le prix Charles-Pisnier pour ce roman. Mais j’ai eu la version revue et corrigée par l’auteur en 2006.


Donc on a deux personnages : Wolf et Lena . Tous les deux ne se connaissent pas mais sont les témoins d’un même mariage. Malheureusement quelques heures avant le mariage tout s’écroule ! Le mariage doit être reporté ! Ils ne se connaissent pas mais décident de rester la semaine suivante ensemble pour organiser et déplacer le mariage la semaine suivante, même lieu même heure.  Cette aventure va leur permettre de se connaître, de tisser des liens…


J’ai retrouvé dans ce roman ce qui m’avait plu dans Du train où  vont les choses…  la délicatesse et la poésie de son écriture, la finesse des descriptions et des dialogues entre les personnages (qui cette fois, après les citations dans le premier roman lu, se partage  des morceaux de musique). Il s’agit encore une fois d’une magnifique rencontre entre deux personnes faites pour que leurs chemins se croisent… J’ai ressenti comme une douceur, une tendresse pour les personnages en lisant ce livre. Je n’avais pas envie de les quitter mais envie de continuer à faire un bout de chemin avec eux…

 


Mille mercis encore à Francis Dannemark pour sa gentille attention qui m’est allée droit au cœur !

Repost 0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 07:00

Aujourd'hui, Pimprenelle nous proposait de découvrirJean-Louis Fournier!

 

http://img.over-blog.com/300x164/2/65/54/54/logo-fournier.jpg

 

Alors ce n'est pas réellement une découverte pour moi. Le premier livre que j'ai lu de cet auteur commence à dater maintenant! C'était Le Petit Meaulnes (qu'il a écrit en "représailles" par rapport aux gens qui le confondait avec l'auteur du Grand Meaulnes Alain-Fournier). J'avais beaucoup aimé le style! et je me rappelle avoir bien rigolé!

Et puis, il y a eu Où on va papa?, roman  sur ses enfants handicapés... à la fois drôle et touchant!

Alors quand Pimprenelle a proposé ce nouveau rendez vous, je n'ai pas hésité!

 

 

L'auteur (source Wikipédia) :

Il est le fils du médecin Paul Léandre Emile Fournier  et de Marie-Thérèse Françoise Camille Delcourt, rédactrice.

 

Il réalise régulièrement l'émission Italiques de Marc Gilbert entre 1971 et 1974.

 

Il est le créateur, entre autres, de La Noiraude et d'Antivol, l'oiseau qui avait le vertige. Par ailleurs, il a été le complice de Pierre Desproges en réalisant les épisodes de La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède, ainsi que les captations de ses spectacles au Théâtre Grévin (1984) et au Théâtre Fontainec (1986). On lui doit également l'intitulé de la dépêche AFP annonçant le décès de l'humoriste : « Pierre Desproges est mort d'un cancer. Étonnant non ? ».

 

En 2008, Jean-Louis Fournier publie le roman Où on va, papa ? dans lequel il décrit sa relation avec ses deux fils handicapés. Le livre, qui reçoit le Prix Femina, suscite un certain nombre de controverses et une réponse de la mère des deux garçons.

 

Bibliographie :

1992 : La grammaire française et impertinente (essai)

1993 : L'arithmétique appliquée et impertinente (essai)

1994 : Peinture à l'huile et au vinaigre (essai)

1994 : Le pense-bêtes de Saint François d'Assise (essai)

1995 : Le curriculum vitae de Dieu (essai)

1996 : Le pain des Français (essai)

1996 : Sciences naturelles et impertinentes (essai)

1998 : Je vais t'apprendre la politesse, p'tit con (essai)

1999 : Il a jamais tué personne mon papa (récit)

1999 : La Noiraude (album jeunesse)

2000 : Encore La Noiraude (album jeunesse)

2000 : Roulez jeunesse, un code de la route pour les jeunes (essai)

2001 : Pas folle la Noiraude (album jeunesse)

2001 : J'irai pas en enfer (récit)

2002 : Mouchons nos morveux (essai)

2003 : Le petit Meaulnes (roman)

2003 : Antivol, l'oiseau qui avait le vertige (album jeunesse)

2004 : Les mots des riches, les mots des pauvres (essai)

2005 : Satané Dieu ! (roman)

2006 : OGM, Organismes Gentiment Modifiés (album jeunesse)

2006 : Mon dernier cheveu noir (récit)

2007 : A ma dernière cigarette (essai)

2007 : Histoires pour distraire ma psy (récit)

2008 : Où on va, papa ? (récit)

2010 : Poète et paysan (roman)

 

 

 

Mon choix :

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/4/2/9782234063242.jpg

 

 

 

Résumé :

 

« Qu’est-ce que je fais là ?
J’ai dans les mains un fourchet, le manche est poisseux, je charrie du fumier. Les vaches me regardent avec dédain, seul le regard très doux d’une génisse m’apaise.
Mes mains sont barbouillées de purin, elles puent. Je cours toutes les cinq minutes à l’évier de la cuisine pour les laver. Hier je voulais devenir Fellini, aujourd’hui, je suis dame pipi de vaches. »

Jean-Louis Fournier est capable de tout. Étudiant en cinéma à Paris, il est capable de vouloir reprendre une ferme pour les beaux yeux de la fille du fermier. Le père aurait été poissonnier, il reprenait la poissonnerie.

 

Mon avis :

 

Jean-Louis Fournier illustre ici parfaitement le proverbe qui dit que l'amour rend aveugle!


Un jeune étudiant en cinéma se retrouve apprenti fermier dans la ferme de son beau-père à traire les vaches, nettoyer leur litière, ramasser les betteraves, labourer les champs... alors que sa fiancée elle reste à la ville et rentre parfois le week-end !


Le roman est une succession de petites anecdotes de vies à la campagne. Certaines scènes sont drôles! Ce livre m'a fait sourire! J'ai retrouvé le côté ironique et le style plein d'auto-dérision qui m'avait plu dans Où on va Papa? Le décalage entre ses différentes tâches à la ferme et son envie de culture (il écoute en cachette le soir France Culture avec une petite radio sous les draps) donne l'impression d'un vide culturel dans la vie des paysans. Mais je ne l'ai pas pris dans le sens négatif. Je  pense qu'il a voulu démontrer l'état d'esprit dans lequel il était à l'époque, alors qu'il était jeune et sans expérience, et les préjugés qu'il avait...


A noter, ce roman aborde les débuts de Jean-Louis Fournier dans le monde du travail. Il y a donc une part autobiographique dans son expérience d'ouvrier agricole.

 

Un roman plein de fraîcheur et de bonne humeur ça fait du bien!

 

Pour avoir d'autres avis c'est chez Pimprenelle!

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 07:00

http://www.decitre.fr/gi/64/9782702140864FS.gif Titre : Soirée Sushi

Auteur : Agnès Abécassis

Calmann-lévy, 2010

 

Résumé :

L'une s'est fait larguer, l'autre s'est séparée, la troisième vient de divorcer ...
quand le coeur est à nu, rien ne vaut le poisson cru ! Sushi (n. m.) : spécialité japonaise à base de poisson presque vivant roulé dans du riz froid, peu calorique (en tout cas moins qu'une pizza), apprécié des femmes souhaitant se donner bonne conscience. Dédaigné des adolescents qui lui préfèrent le hamburger (plus facile à mâcher), et des hommes qui lui préfèrent n'importe quoi recouvert de fromage (comme la pizza), le sushi est un plat raffiné qui prend toute sa saveur avec de la sauce solo...
heu... soja. Consommé en groupe, il n'empêche pas de crier, de rire, de s'énerver ou de pleurer la bouche pleine, ce qui en fait un met prisé pour sa convivialité. Traditionnellement, on définit par " soirée sushi " la réunion de trois copines fraîchement célibataires, qui ont autant d'angoisses à propos de leurs ados et de potins sur leur ex à partager qu'il y a de graines de sésame sur un california maki.
Et en plus, tout cela ne fait pas grossir. (On l'a dit ou pas ?).

 

Mon avis :

Il y a quelques temps je m'étais bidonnée avec Toubib or not toubib du même auteur. Et j'ai voulu retenter l'expérience!

J'ai encore une fois souri! il y eu aussi des éclats de rire!  J'ai vraiment apprécié de retrouver l'univers léger et humoristique d'Agnès Abécassis. Les trois protagonnistes sont vraiment charismatiques, drôles, pétillantes malgré leurs mésaventures (chacune vient de subir des déceptions amoureuses). Elles vont se dévoiler entre filles!

Je vous le conseille pour passer un moment agréable, léger et presque futile (mais malgrè la légèreté l'auteur parle d'un sujet important : l'amour!)

Un roman frais, dynamique! un roman pansement contre la grisaille du temps et de l'humeur!

Repost 0